A visiter aux alentours

A 10 minutes du domaine et du gite :
- Saint Privat
:  6 km (Village pittoresque, meules, dolmens)

A 20 minutes :
- L'Ancien Prieuré Saint Michel de Grandmont 12 km  (prieuré, parc, dolmens, festivals)

- Lodève : 14 km (cathédrale, parc, musée d'art, festivals, marché)
- Clermont l'Hérault : 15 km (cathédrale, marché, coopérative oléicole, ancien château)
- Nébian : 16 km (commanderie hospitalière, maison de St Jean, village fortifié, source, circuit "Chambrettes")
- Villeneuvette : 17 km (Manufacture royale, ateliers d'art, gallerie)

A 25 minutes :
- le Lac du Salagou :
14 km (Site Classé Patrimoine Mondial Unesco, activités nautiques, baignade, village de Celles)
- Le Pont du Diable et les Gorges de l'Hérault : 22 km (pont, baignade, canyon, canoe)
- La grotte de Clamouse : 23 km

A 30 minutes :
- Saint Guilhem le Désert :
26 km ("100 plus beaux villages de France", Site Classé Patrimoine Mondial Unesco, abbaye, cirque de l'infernet)
- Pézenas :
35 km (Collégiale Saint Jean, Illustre Théatre, Molière, marché, Boby Lapointe, Ville d'art : brocanteurs, galeries, ateliers ; musée du jouet)

 A 35 minutes :
- Les Grottes de Labeil :
26 km
- La Couvertoirade : 35 km (Cité templière et Hospitalière, fortifications, Château, "100 plus beaux villages de France")

 A 40 minutes :
- Montpellier :
46 km (Place de la Comédie, Cathédrale Saint Pierre, Quartier Antigone, Place royale du Peyrou, Arc de Triomple, Faculté de Médecine,
Jardin des Plantes, Aqueduc des Arceaux, Musée Fabre, Mikvé médiéval, Hôtels particuliers, Couvent des Ursulines, Opéra Théâtre, Corum...)
- Etang de Thau : Mèze : 49 km (ostréiculture, vin blanc AOP Picpoul de Pinet)

 
A 45 minutes :
- Cirque de Navacelles :
34 km (Site classé Patrimoine Mondial Unesco)
- La Cavalerie : 53 km (Cité templière et Hospitalière, fortifications)

 A 50 minutes :
- Saint Eulalie de Cernon :
54 km (Cité Templière et Hospitalière, commanderie, fortifications)
- Mer Méditerranée :
--> Marseillan Plage : 65 km (plage, ostréiculture, chais Noilly Prat)
--> Agde : 61 km (plages, Musée antique)
--> Villeneuve les Maguelone
: 53 km (plages, étang, cathédrale Saint Pierre de Maguelone, salines, espace naturel)



** Saint Privat
: à 10 min et 6 km du domaine et du gite :  village de transition avec le Larzac

Proche de Saint Jean de la Blaquière, le terroir est pourtant bien différent : on quitte l'ère primaire pour l'ère secondaire.
Le changement de végétation prouve celui du sol et du climat...de plus en plus calcaire, de plus en plus froid...pour arriver sur le plateau du Larzac...
- au Sud, affleuremenst triasiques du secondaire : végétation : chênes verts, chênes blancs et châtaigners. Ces deniers indiquent le changement d'altitude et de nature du sol qui de calcaire marneux passe aux grès siliceux. Ce sont les grès qui forment le plateau principal où se concentrent les cultures et les habitations.
- sur les colluvions : végétation : chênes verts, pubescents et cade genévrier
- au Nord  (jusqu'à l'extrémité sud du Causse du Larzac) : plateau calcaire du Larzac (un quart de la commune) végétation : landes, genévriers (Juniperus communis), buis et pins.

Vue sur le village de Saint-Privat.
Hameau Saint Privat : Un village accroché à la montagne, au cachet méditerranéen préservé... Construites en grès du pays et patinées par le temps, certaines maison datent de la Renaissance (fenêtres à meneaux et traverses, linteaux ouvragés, etc.)


Hameau Les Salces  : L'Église Notre Dame des Salces  : du XIIe s, nef romane voûtée plein cintre, à trois travées, monument historique. Portail sud roman, chevet du XIVe s décalé vers le nord et formé d'une coude travée d'un transept et d'une abside à 7 pans, cloche de 1694. Les sources sont particulièrement abondantes sur le flanc de la montagne ce qui permet l'irrigation des parcelles situées entre Saint-Privat et les Salces (appelées "les Canals").

Hameau La Rouquette : Le plus petit des hameaux. Ruelles étroites, habitations, serrées et imbriquées, construites le plus souvent en schiste et en grès orangé ;  caractère pittoresque et secret... Très beau four à pain.

-> Une spécialité locale de renommée : les meules
Fin du XIXe s : les habitants tirent parti du grès,  roche formée par sédimentation de débris issus de l'érosion, affeurant sur la commune comme en témoigne la présence de châtaigniers, d'arbousiers et surtout de bruyère. L'acidité du sol provient du quartz constituant important du grès. Excellent abrasif (sédimentation de débris de quartz), le grès est idéal pour affuter les outils en métal et polir le marbre. Taillées en forme cylindrique et montées sur un axe généralement horizontal, les meules fabriquées à Saint-Privat étaient très utilisées par les rémouleurs. Elles étaient rassemblées dans un grand entrepôt, comme celui dont on voit les ruines sur la route de Saint-Jean de la Blaquière, à la sortie de Saint-Privat. Jusqu'au début du XXe s, les meules étaient acheminées en charrette jusqu'à Lodève (manufactures textiles) ou jusqu'à Montpellier et Sète puis transportées en bateau jusqu'en Italie pour polir le marbre. La création de la ligne de chemin de fer (1863) facilita le transport des meules vers les différents ports (Sète, Marseille, Port Saint-Louis)."

http://prieure-grandmont.fr/wp-content/uploads/2012/06/bando-theme.jpg
->  Les dolmens
19 dolmens recensés sur la commune en particulier, celui du Belvédère classé  monument historique ; cf. Priéuré Saint Michel de Grandmont.
Source :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Privat_%28H%C3%A9rault%29

***L'Ancien Prieuré Saint Michel de Grandmont : à 20 min et 12 km du domaine et du gite


- Ancien monastère de l'Ordre de Grandmont, situé sur la commune de Saint Privat, dans un lieu isolé, à 440 mètres d'altitude, dans une forêt de chênes.
- Un des mieux préservés des monastères de l'Ordre de Grandmont (ordre religieux fondé vers 1076 dans la région de Limoges par l'ermite Étienne de Muret
- Fondé en 1259 par Guillaume de Cazouls, évêque de Lodève.
- Après la dissolution de l'Ordre en 1772, rattaché à l’évêché de Lodève, mais deux moines continuèrent à y vivre jusqu'à leur mort en 1785.
- Après la Révolution, exploitation agricole, propriété de la famille Vitalis de 1849 à 1936. Restauration des bâtiments et production de vin. 1957 :  rachat par  la famille Bec.
Classé monument historique.

- L'Eglise : du XIIe s ; à nef unique voutée en berceau ; chevet en cul-de-four, percé par trois fenêtres (seul éclairage de l'édifice). Aucune décoration.
- Le Cloître : du milieu du XIIIe s ;  quatre galeries soutenues par des colonnettes doubles ; galerie ouest ouvrant sur la cuisine ; galerie est ; sur la salle du chapitre ; salles de l'étage, dortoir des moines, remaniées à l'époque moderne.

Visites à thème : art roman, chemin de st jacques, dolmens... tous les mercredis et samedis à 15h spécial enfants ; visite du parc de 30ha avec des daims. Programmation musicale riche et variée...
Domaine de Grandmont 34700 Soumont 04 67 44 09 31 grandmont2@wanadoo.fr Site : http://prieure-grandmont.fr/

** Lodève : à 20 min et 14 km du domaine et du gite

lodève vue géné source ot ll

Cathédrale Saint Fulcrand, Palais des archevêques, musée Fleury avec ses expositions temporaires réputées ; Manufacture Royale de tapis ; grand marché du samedi matin ;  berceau de St Fulcrand, évêque de Lodève, dont on rapporte des légendes concernant notamment les environs proches de St Jean de la Blaquière (Rocher des Vierges, Gibret...) ;
...à découvrir lors d'une balade au domaine avec Estelle Salles, férue de vieilles légendes...

 
12

Note : Merci à  l'office de tourisme du lodévois et larzac pour l'autorisation de publier les photos ci dessus. www.tourisme-lodevois-larzac.fr

****Clermont l'Hérault : à 20 min et 14 km du domaine et du gite

 Clermont l
- Entre le IIème siècle avt JC et le IIème s ap JC,  importante agglomération antique (thermes, place publique…) installée le long d’une voie romaine reliant Millau à la mer (Agde). Ier S.  ap JC, domaine viticole romain sur le site de l’Estagnol. Jusqu’au XIème siècle,  habitat dispersé

- XIème et XIIème s. création de « Claromontem » (hauteur orientée vers le soleil levant) : imposant château féodal dit des Guilhem (vassaux d’abord des Guilhem de Montpellier, puis des évêques de Lodève), agglomération établie au pied du château et protégée par une enceinte fortifiée, agglomération qui connaîtra une extension au XIIIème siècle, d’un important marché cité dès le XIIème siècle favorisé par la situation géographique de la ville.

- du XIIIème au XIVème s : construction de l’église Saint-Paul  hors les murs d’enceinte de la ville.

- XIVème s,
développement des faubourgs sur les berges du Rhônel et construction du couvent des Dominicains (aujourd’hui Espace des Pénitents). La tannerie et le travail de la laine constituent après l’agriculture, les activités principales de Clermont.

- 1677 :
création de la Manufacture Royale de Villeneuvette d'où la prospérité des manufacturiers drapiers Clermontais.


- XIXème s : extension de la ville, vers l’est (rue Renée Gosse, Allées Salengro). L’industrie textile périclite et laisse la place à la viticulture.L’implantation de la gare favorise le négoce du vin puis du raisin de table.

- XXème s :  nouvelle extension, activité importante commerciale et touristique.

A  voir : anciens remparts et fossés, Hôtel de Lauzière de Thémine, Hôtel de Martin Place et porte de Rougas, Fontaine de la ville, Maison Baille, Eglise de Notre Dame de Gorjan, Portal Naou, Les Guilhem et leur château, Place du Radical, Demeure des Bozène et des Palissa, Porte de la rue Bozène, Eglise Saint Paul (façade nord), Eglise Saint Paul (façade ouest), Ancienne église des Dominicains.

*** Nébian : à 20 min et 16 km

 Mentionné à la fin du Xème s comme villa puis comme castellum en 1038,  entrée dans le réseau des Guilhem en 1160.  Histoire étroitement liée à l’installation de l’Ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem. Siège d’une Commanderie Hospitalière de 1157 à 1392, développement autour de la fortification et de la Commanderie. La cité fortifiée médiévale de Nébian a été érigée pendant et à cause de la Guerre de Cent ans (XIV - XVème s. :  ensemble polygonal avec, à l’origine, des tours aux angles, une demie tour et une tour porche dominant la place et la fontaine actuelle. Tous les murs comportaient un chemin de ronde, encore visible par endroits. Un grand nombre de maisons ont conservé des éléments de leur aspect originel. Un autre chemin de ronde est encore visible partiellement sur la seconde enceinte.
La maison de Saint Jean : siège d’une commanderie de l’Ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, puis simple maison de St Jean jusqu’en 1792. Elle a ensuite servi de presbytère. On peut y voir une grande salle voûtée, une partie de l’enceinte et deux cadrans solaires dont l’un a été restauré.
A l’extérieur du village : ensemble bien structuré de constructions en pierres sèches appelées « chambrettes » de Nébian.

La place de la Liberté à Nébian - Prochaine photo

A voir : 

****Ancienne Manufacture royale de Villeneuvette : à 20 min et 17 km du domaine et du gite


- En 1673, Pierre Baille,  marchand fabricant drapier de Clermont-de-Lodève (Clermont l’Hérault) achète sur les rives de la Dourbie une métairie et un moulin à foulon. Très rapidement, il agrandit sa propriété :  la première Manufacture. Quelques années plus tard, des financiers montpelliérains s’intéressent à elle ; André Pouget, Directeur Général des Gabelles en Languedoc la dirige à partir de 1676. Un an plus tard un édit royal approuve la nouvelle Manufacture Royale. Développement grâce à l’exportation aux « Echelles du Levant » (le Proche Orient), afin de faire face à la concurrence anglaise et hollandaise sur le marché textile. A la même époque, on construisit le canal du Midi et le port de Sète. La Manufacture fabriquait des draps fins de qualité, destinés à l’empire ottoman.

- En 1720, la Manufacture est vendue à Guillaume Castanié d’Auriac (fils de drapier) qui donne un nouvel essor et crée un jardin à la française orné d’un grand buffet d’eau. Elle changera à nouveau de propriétaires à plusieurs reprises avant de passer entre les mains de la famille Maistre.

- Dès le XVIIème s. s’installent une épicerie, des petits métiers (boulanger, menuisier) et un médecin.

- Au début du XIXème s, près de 800 personnes travaillaient dont 200 vivaient sur place. La famille Maistre, propriétaire d’une tannerie à Clermont l’Hérault reprit la Manufacture pour plus d’un siècle où se succédèrent cinq générations jusqu’en 1954 date de fermeture de la Manufacture. Le précurseur Joseph Maistre fit évoluer la fabrication vers les draps de troupes pour les armées. Il est à l’origine de l’industrialisation et de la mécanisation du site. Le travail était rude, les règles strictes ; les ouvriers avaient droit à certains privilèges de la part de leur « maître » : école pour les enfants, allocations en cas de maladie, logement et jardin gratuit, une « caisse d’épargne », 1% du salaire était destiné à payer l’instituteur et à alimenter une caisse de secours ainsi que les frais médicaux, une sécurité sociale avant l’heure. Tout ceci fit qu’il n’y eut qu’un seul jour de grève en 1917. Ce fut le seul conflit de la Manufacture. L’usine fonctionna à plein régime lors de la première guerre mondiale mais l’entre-deux-guerres fut difficile car les commandes de l’Etat diminuèrent au profit d’usines plus compétitives. L’après-guerre marquera la fin de la Manufacture.

****Lac du Salagou : à 25 min et 14 km du domaine et du gite

lac du salagou pano source ot ll

Un lieu magique créé par l'homme au XXième siècle...source de vie et d'activités diverses ; ce lac est utilisé pour l'irrigation ; pour les loisirs, baignade, voile, randonnée et découverte d'une partie du village immergé Celles...

 

 *** Le Pont du Diable et les Gorges de l'Hérault : à 25 min et 22 km du domaine et du gite

Aniane, Pont du Diable © OTISTVH
A l'entrée des gorges de l'Hérault, au lieu dit "gouffre noir", le vieux pont roman, accroché aux berges abruptes, enjambe le fleuve en son point le plus resserré. Long de 50 m,  deux arches principales en plein cintre et deux ouvertures secondaires, les ouïes, destinées à faciliter l'écoulement des eaux en période de crue. Construit entre 1028 et 1031, par les deux proches abbayes d'Aniane et de Gellone,  qui contrôlaient jalousement les deux rives du fleuve. Considéré comme l'un des plus vieux ponts médiévaux français,  classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO au titre du chemin de Saint Jacques de Compostelle en France en 1998.

Baignade surveillée tous les jours du 1er juillet au 31 août, de 11h à 19h.
Location de canoës de mi-juin à mi-septembre
http://www.saintguilhem-valleeherault.fr/pont-du-diable-975

*** La grotte de Clamouse : à 25 min et 23 km du domaine et du gite

Grotte de Clamouse © Grotte de Clamouse

  Découverte en 1945 par une équipe de spéléo-club de Montpellier. Les galeries de la grotte de Clamouse s’ouvrent à quelques centaines de mètres du pont du Diable, en bordure des Gorges de l’Hérault.. Elle doit sa renommée à la beauté, la diversité, l’abondance et la rareté de ses concrétions.
Grotte de Clamouse 
Route de Saint Guilhem le Désert 34150 SAINT JEAN DE FOS Tél : 04 67 57 71 05 http://www.clamouse.com/

**** Saint Guilhem le Désert : à 30 min et 26 km du domaine et du gite

Un des plus beaux villages de France, étape spirituelle sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle.  Abbaye de Gellone, classée Patrimoine Mondial à l'UNESCO "Joyau du premier art roman languedocien"

L’Abbatiale (XIe) :  crypte préromane, orgue historique construit en 1782 par le célèbre facteur d’orgue J.P.Cavaillé : magnifique témoins de l’Orgue Classique Français ; reliquaires de Saint-Guilhem et de la Vraie Croix ; autel de Guilhem (XIIe) actuellement en restauration. Cloître dont une importante collection se trouve au musée des «Cloisters » à New York ; Musée de l’Abbaye, installé dans l’ancien réfectoire des moines présentant quinze siècles de sculptures à Gellone ; film panoramique «Les voyages du cloître» .

Le village
: développé sur la rive gauche du ruisseau Verdus, "village rue". fenêtres romanes ou Renaissance et arcatures ; environ 250 habitants : les « Sauta Rocs ».  place médiévale avec un surprenant platane, planté en 1855,  partir à la découverte du Cirque du Bout du Monde aux falaises abruptes et des monts de Saint-Guilhem qui abritent une espèce rare : le pin de Salzmann ; église Saint-Laurent (fin XIe, début XIIe siècle), tour des prisons (XIIe) ; château du Géant.


 


http://www.saintguilhem-valleeherault.fr/saint-guilhem-le-desert

*** Pézénas : à 30 min et 34 km du domaine et du gite
Nombreuses « villae » à l'époque romaine aveec d’importants chais attestant de la culture de la vigne et de la fabrication du vin. « oppidum latinum » comme Luteva (Lodève) et Cessero (Saint Thibéry). Collège des Oratoriens fondé par Henri IV en 1593. Ville royale au temps des capétiens et ville de foires importante (5 grandes annuelles) avec Montagnac, faisant leur fortune jusqu'au XV e S.

foires

Molière et Pézénas : « L’illustre Théâtre » quitte la capitale en 1645 pour se lancer dans un périple provincial.1650, arrivée à Pézenas. Pendant trois mois, elle divertit ces « Messieurs des Estats ». 1653 :  joue à la Grange des Prés, résidence du Prince de Conti puis en 1656. De retour à Paris, Molière devient « Comédien du Roy » ; les méridionaux l’oublieront.
Pézenas conserve une insigne relique : le fauteuil du barbier Gély dans lequel Molière aimait s’asseoir. Mais c’est la découverte en 1885 d’une quittance autographe du comédien qui relancera l’intérêt pour Molière. Ainsi naîtra un véritable mouvement Moliériste dont le point culminant sera, en 1897, l’érection à Pézenas d’un monument.

-Début du XVIe siècle, les gouverneurs du Languedoc, tous issus de la famille Montmorency, fixent leur résidence à Pézenas. Les Etats du Languedoc, assemblée régionale qui vote l’impôt au roi et qui administre la province, itinérante jusqu’alors, se fixent à Pézenas pour plus de cent ans. La ville devient la capitale de la province. Tout aurait pu s’arrêter en 1632. Suite à « l’Edit des Elus », qui supprime les privilèges fiscaux de la province ; Henri II de Montmorency prend la tête d’une rébellion qui tourne court. Le gouverneur, blessé, est fait prisonnier à la bataille de Castelnaudary et décapité quelques jours plus tard. Vingt ans après, en pleine fronde des Princes, Armand de Bourbon, prince de Conti, se retire dans le domaine familial de la Grange des Prés, hérité de sa mère Charlotte de Montmorency. Il est nommé gouverneur du Languedoc à la mort de Gaston d’Orléans. Pézenas retrouve alors son rôle de capitale politique. Il est le protecteur de Molière de 1650 à 1656.

Molière et Pézenas, une histoire d’amour et de mémoire
LE THEATRE DE PEZENAS : Aménagé dans la chapelle des Pénitents Noirs construite à la fin du XVIème siècle, le théâtre créé en 1803 fut le lieu privilégié de la vie culturelle de Pézenas jusqu’à sa fermeture en 1947. Le théâtre connut ses heures de gloires lorsque la « Comédie Française vint y jouer. Il est aujourd’hui entièrement restauré

BOBY LAPOINTE : C’est à Pézenas que Boby Lapointe est né le 16 avril 1922. En 1951 il monte à Paris. En 1954, Bourvil interprète « Aragon et Castille` » dans le film « Poisson d’avril », ce qui encourage vivement Boby à poursuivre dans la voie de l’écriture. Il fait ses débuts d’interprète en 1959 au Cheval d’Or.
Avec Boby Lapointe, la chanson dite « idiote » devient extrêmement intelligente, savante même. Sur un point de départ frivole, de pure convention, il construit un édifice de consonnes, de voyelles, de mots et jeux de syllabes, de calembours, d’à peu-près et autres figures de langage aussi drôles que toniques.
Citons pour mémoire « La maman des poissons », « La peinture à l’huile », « Ta Katie t’a quitté », « Le tube de toilette » parmi ses petits bijoux impérissables.
Il est aussi acteur et mathématicien.


LE MUSEE VULLIOD SAINT GERMAIN  ;
Créé en 1942 à la suite de la donation de l’hôtel qui l’abrite (XVIème, XVIIIème siècles), il présente des collections de mobilier, de faïences ainsi qu’une remarquable suite de tapisseries d’Aubusson relatant l’histoire d’Alexandre. Suite au retour à Pézenas du fauteuil original de Molière, qui se trouvait dans la boutique du Barbier Gély, une exposition présente en 3 salles les souvenirs du grand auteur.


*** Les Grottes De Labeil :  à 35 min et 26 km du domaine et du gite
 

 

Cette caverne a la particularité de permettre la visite d’une rivière souterraine à l’origine encore inconnue. Les colorations exceptionnelles des cristaux, la variété des sédiments, sables dolomitiques, basaltes de l’Escandorgue, tout témoigne ici d’une histoire géologique passionnante scandée par le travail multi-millénaire de l’eau.

Grotte de Labeil : hameau Labeil, 34700 LAUROUX  Tel : 04 67 96 49 47 http://www.grotte-de-labeil.com

**** La Couvertoirade : à 35 min et 36 km du domaine et du gite



http://www.lacouvertoirade.com/tourisme/themes/lacouvertoirade/images/bandeau.jpg
 
 L'Ordre des Templiers
Vers 1120, Hugues de Payns, chevalier originaire de la Champagne, fonde une milice qui deviendra les "Chevaliers de l'Ordre du Temple". A la fois moines et chevaliers, religieux et soldats, les Templiers s'assignèrent comme première mission la défense des routes dans le royaume de Jérusalem, avant que l'ordre ne s’organise autour des années 1140 en une véritable force militaire étendant son action à l’ensemble des Etats Latins. L’ordre doit son nom à son installation dans la mosquée Al Aqsa sur l’esplanade du Temple de Salomon. Elle lui fut attribuée comme résidence par le roi de Jérusalem Beaudouin II.  En Occident les templiers se voient octroyer de nombreuses donations de terres et des redevances de toutes sortes qui sont organisées en commanderies et dont les revenus sont destinés à la terre Sainte. C’est dans les commanderies que sont recrutés les chevaliers qui prononcent les trois vœux d’obéissance, de pauvreté et de chasteté, comme tous les ordres religieux.  La fascination qu’exercent les templiers est en parti due à leur tragique disparition. Le 13 octobre 1307, sur ordre de Philippe le Bel, tous les templiers du royaume accusés d’hérésie, d’idolâtrie et de sodomie sont arrêtés. En 1312 au concile de Vienne l’ordre est aboli. Le dernier grand maître Jacques de Molay et deux autres dignitaires, déclarés relaps seront brûlés en 1314. La mission des templiers avait pris fin après la perte des Etats latins en 1291 et l’opinion publique le leur reprochera : pour beaucoup l’ordre était devenu inutile.


Les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem
Au milieu du XIe s, bien avant que ne débute la croisade, des marchands d’Amalfi avaient fondé à Jérusalem, près du Saint Sépulcre, un hôpital à l’intention des pèlerins venant sur le tombeau du Christ. Après la croisade cet hôpital laïc va poursuivre sa mission d’hospitalité et se transformer en ordre religieux : l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Il sera reconnu en tant que tel par une bulle papale en 1113. Comme l’ordre du temple c’est vers 1140 qu’il s’organisera en ordre militaire tout en conservant sa vocation première : l’hospitalité. L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem survivra à la disparition des Etats latins après la chute d’Acre de 1291. Dans un premier temps les chevaliers se réfugieront dans le royaume franc de Chypre avant de s’installer dans l’île de Rhodes, à partir de 1306, d’où ils seront chassés par les Turcs en 1522. En 1530 l’empereur Charles Quint leur donne l’île de Malte (on les appellera les chevaliers de Malte) où ils resteront jusqu’en 1798.

Le Château de la Couvertoirade

L'héritage des Templiers et des Hospitaliers à La Couvertoirade
Le nom de Cubertoirata apparaît au XIe s dans le chartrier de l’abbaye de Gellone. Les templiers sont présents à La Couvertoirade dès la deuxième moitié du XIIe s. Leur implantation en ce lieu est due à la présence de terres cultivables, d’eau pour les hommes comme pour les bêtes, d’un rocher convenant à la construction d’un château et d’une draille venant du Languedoc pour la transhumance. Le village va se développer au pied de l’église et du château voisin, tous deux construits sur le même rocher. Sur ce Causse les templiers vont poursuivre l’activité agricole de leurs prédécesseurs : culture des céréales panifiables et élevage des ovins pour le lait, la viande et la laine. Après l’abolition de l’ordre du temple au concile de Vienne de 1312, la commanderie de Sainte-Eulalie dont fait partie la Couvertoirade passe la même année aux mains des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. En 1328 le village compte 135 feux, soit entre 540 et 600 habitants. C’est dans la deuxième moitié de la guerre de cent ans que le commandeur de Sainte-Eulalie, alors grand prieur de Saint-Gilles, décide de faire fortifier tous les villages de la commanderie. Les murailles enserrant le village seront construites en quatre années seulement, de 1439 à 1442. Le Larzac connaîtra une ère de prospérité après la fin de la guerre de cent, en 1453. Sur ce territoire un certain nombre de maisons de la deuxième moitié du XVe s en témoignent encore. Mais un nouvel orage plus destructeur que le précédent s’annonce : les guerres de religion. Pendant cette période le commandeur installe à demeure, dans le château, une petite garnison armée de mousquets avec à leur tête un capitaine. Cette précaution ne sera pas inutile et en 1562 l’évêque de Lodève devra venir en personne avec une troupe pour débloquer la place assiégée par les Huguenots. La paix retrouvée le village se développe désormais à l’extérieur des murailles dans le barri. Mais il y aura encore une dernière alerte, en 1702, au moment de la révolte des Camisards dans les Cévennes proches. Ce sera la dernière. Le dernier commandeur de Sainte-Eulalie et donc de la Couvertoirade sera le commandeur de Riquetti Mirabeau qui, lors de la vente des commanderies de l’ordre de Malte considérées comme biens nationaux se trouvait à Malte. A cette époque le château était déjà en très mauvais état et une petite partie servait de logement au fermier du commandeur. Comme partout le village sera touché par l’exode rural mais la qualité de son patrimoine lui a permis de revivre et il s’est ouvert au tourisme de façon précoce dès la deuxième moitié du XIXe s.

http://www.lechateaudelacouvertoirade.com/
http://www.lacouvertoirade.com/

*** Montpellier : à 40 min et 46 km du domaine et du gite

http://www.ot-montpellier.fr/_objets/static/img/bandeau_otm_fr.jpg

A voir : Place de la Comédie, Cathédrale Saint Pierre, Quartier Antigone, Place royale du Peyrou, Arc de Triomple, Faculté de Médecine,
Jardin des Plantes, Aqueduc des Arceaux, Musée Fabre, Mikvé médiéval, Hôtels particuliers, Couvent des Ursulines, Opéra Théâtre, Corum...)
.

La ville de Montpellier garde les empreintes du temps qui passe et arbore fièrement les symboles de chaque époque. Se balader dans le centre historique, c'est un voyage de mille ans dans le passé, de la naissance de la ville en 985 à l'évocation de l'avenir qu'elle se construit.
De la place de la Comédie à celle de la Canourgue, en empruntant les    "circulades " Découvrez les ruelles caractéristiques du midi médiéval. L'Ecusson est le nom donné au centre historique. En effet, la ville, à l'époque médiévale, était entourée de remparts qui reprennaient la forme d'un écusson.

Engagez vous sur l'ancien chemin des pèlerins (rue Jacques Cœur) ; admirez les façades des hôtels particuliers des XVIIème et XVIIIème s et pénétrez dans quelques-unes de ces cours qui recèlent des trésors d'architecture.
Traversez les époques aussi avec les noms de rues : « la Draperie Rouge », « la Petite Loge », « Embouque d'Or », autant de traces du passé qui évoquent images légendaires pour certains ou sont un mystère pour d'autres...L'invitation au voyage se fait également sur les lieux de halte des grands personnages qui font partie de l'Histoire de Montpellier : Jacques Coeur, St Roch, Rabelais, Nostradamus ...
Revivez enfin l'histoire de la fin du XIXème s, période pendant laquelle la ville a été remodelée au cours de grands travaux dans le même esprit que ceux entrepris par le baron Hausmann à Paris.

Cathédrale Saint-Pierre Hôtel Montcalm

Cathédrale Saint-Pierre Localiser Cathédrale Saint-Pierre sur la carte

Edifice austère aux dimensions bibliques, et
le Coretto Choretto, vestige de l’ancien cloître

Hôtel Montcalm Localiser Hôtel Montcalm sur la carte

Très bel hôtel particulier des XVIe et XVIIe s

Musée Fabre de Montpellier Agglomération Opéra Comédie

Musée Fabre de Montpellier Agglomération Localiser Musée Fabre de Montpellier Agglomération sur la carte

D’une richesse exceptionnelle, avec ses œuvres du XIVe au XXe s

Opéra Comédie Localiser Opéra Comédie sur la carte

Avec ses fauteuils de velours rouge et son escalier décoré de marbres

Place de la Comédie Quartier Antigone

Place de la Comédie Localiser Place de la Comédie sur la carte

Cœur battant de Montpellier

Quartier Antigone Localiser Quartier Antigone sur la carte

Chef d’œuvre de Ricardo Bofill, aux références antiques



http://www.ot-montpellier.fr/monuments-et-places

** Etang de Thau : Mèze :
à 40 min et 49 km du domaine et du gite