Actus techniques

,

Information
Nos actualités sont présentées de la plus récente à la plus ancienne...
Rédigées par Estelle Salles


ETE ET VENDANGES 2017
Compliqué au point de vue des quantités...nous accusons une diminution de 60% de la production...en gros en voici les raisons :
- gel de printemps, (-20%)
- sangliers (-20% ) et
- mauvaise floraison des grenaches (-20%)
Nous "bichonnons" donc le peu qui nous reste...


PRINTEMPS 2017
Une année 2017 qui continue dans la bataille initiée en 2016...pendant que les traitements de santé suivent (bien !) leur cours, il s'agit de se bagarrer avec les éléments...du gel pour commencer...première fois en ce qui nous concerne...car nous sommes normalement peu touchés en raison de l'exposition (en hauteur) de nos vignes ; deux parcelles seront principalement touchées : celle de syrah de la Rua et celle de grenache de Bourles bas...on le paiera assez cher aux vendanges...
Par ailleurs, la récolte s'annonce maigre aussi car les grenaches ont très mal fleuri...


ETE ET VENDANGES 2016

Un été agité pour des raisons de santé, mais la vendange a pu être sauvée...Merci à tous ceux qui nous apporté leur aide précieuse, physique et/ou morale !
Un joli millésime qu'il aurait été dommage de manquer...
Les arômes du cinsault et de l'oeillade se sont révélés durant l'été 2017...
La syrah des Abourens fait son retour question qualité et nous en sommes ravis...il y aura bien du Joi 2016 donc ! (pas de Joi 2015...)
Les grenaches de Bourles et du Mas, montrent eux aussi leur potentiel, base de notre cuvée phare "Hommage"...

PRINTEMPS 2016
RAS pour la vigne ; côté visites par contre, nous suivons une formation afin de nous spécialiser dans l'accueil pédagogique ; et nous obtenons avec plaisir le label 'CIVAM RACINES" ; cela fait partie de nos valeurs principales : transparence et transmission des savoirs...
Car, en effet, les sciences liées à la vigne et au vin (multiples !) sont assez mal connues en général du grand public ; et partager avec tous, petits ou grands nos savoirs est tourjours un bonheur...


HIVER 2015/16
Dans le prolongement des "bizarreries estivales", cet hiver sera particulièrement doux...cela est noté dans toute la France...
Un peu de neige mi janvier, pour nous offrir une matinée, un paysage de rêve, un de ces instants dont il faut profiter, vivre pleinement, car la nature frappe mais offre aussi...
Côté cave : Attention aux vins ! ces températures douces ont aussi un impact sur les vins, habitués à des températures basses aux alentours de 10° maximum ; ces températures basses permettent de bloquer l'évolution microbienne ; les analyses sont donc plus que jamais de saison...

NOVEMBRE 2015
C'est la naissance de notre première huile d'olive !!
Cette année, l'eau qui a occasionné des dégâts dans les vignes a par contre été profitable aux olives...
Nous avons donc récolté une première petite production d'olive pour nous, afin de proposer quelques flacons (en très faible quantité...mais en espérant que la jeune oliveraie produise un peu plus chaque année...
Choix de la bouteille, conception (par nous mêmes de l'étiquette, choix du nom...une étape finale qui nous fait particulièrement plaisir au bout de presque dix années de culture...

ETE ET VENDANGES 2015
Quand le terme "dérèglement climatique" prend tout son sens...

Juillet a été chaud mais sans dépasser 35°...donc rien à signaler...les vendanges en vert ont été faites plus tôt, au mois de juin, avant d'éviter les grosses chaleurs de juillet justement...Dégustations et quelques traitements au soufre se sont enchainés..Le départ de mildiou important en début de saison a été bloqué par la chaleur.
La mauvaise surprise a été fin août, le 23, où grêle, foudre et inondations se sont abattues sur le village...
La grêle tout d'abord :
Deux parcelles ont été particulièrement touchées : notre carignan de la Vigne des Combes et notre jeune plantier de Syrah de la vigne des Côtes...
Ce jeune plantier a été mis à rude épreuve cette année, puisque déjà, le vent au printemps et les sangliers fin juillet y avaient déjà fait de gros dégâts...La quantité récoltée en septembre sera donc bien maigre...
Pour le vieux carignan, ses belles souches avec de grosses feuilles ont permis de limiter un peu l'impact sur les raisins (et les conséquences en matière de vinification : les blessures provoquées par la grêle sur la peau sont autant de portes d'entrée pour les microbes...contre lesquels il faudra lutter à la cave...)
Côté foudre :
Rare mais qui peut arriver néanmoins, la foudre a touché de plein fouet la maison, par le biais de la tête de faitage, bel ouvrage composé de deux boules en céramique de couleur originaires de St Jean de Fos...La foudre s'est propogée à l'antenne puis un pan de mur de la maison faisant quelques dégâts électriques mais sans grande ampleur pour le matériel de cave heureusement......
...et enfin côté inondations :
Plus de peur que de mal pour la maison ; néanmoins, la rivière est montée au ras du portail de la cave..."limite" comme on dit en agrément...
Par contre, côté vigne...c'est une autre histoire : de grandes quantités de terre ont été emportées par les pluies diluviennes ; ravines nombreuses et profondes, en priorité sur...encore ce jeune plantier de Syrah des Côtes, qui, décidèment a vraiment été malmené cette année...

...et rebelote le 12 septembre ! (sauf la foudre...)
Résultat : au total presque 500 mm de pluie en deux jours et un état de Catastrophe naturelle et de Calamité agricole décrété par la suite...

Les vendanges
Un peu perturbées donc par ces incidents climatiques, les vendanges ont été, je pense, une épreuve pour tous les vignerons du secteur...
Entre souhait de faire mûrir un peu plus les raisins pour atteindre la meilleure qualité et crainte de pluies, de déviation des raisins...il faut alors savoir prendre des risques tout en garantissant un minimum de raisins dans les cuves afin d'assurer la pérennité financière du domaine et par conséquent la vie de la famille...
C'est ici que le terroir, la réaction du sol va avoir tout son sens...
Plus que jamais être "à cheval" sur deux terroirs, un plutôt sec, un autre craignant moins la sécheresse, nous permet de "parer" à des variations climatiques, totalement imprévisibles aujourd'hui..jusqu'à quand ? on verra bien...c'est aujourd'hui le défi de tous les agriculteurs, les personnes qui travaillent avec la terre et le climat...Vigilance, observation, rigueur et forte réactivité sont désormais obligatoires pour exercer ce métier-là...
De notre côté, nos fidèles vignes de Ruffes ont encore assuré la qualité du millésime...
Des plantations (dont on doutait pour ce secteur-là, au vu des prévisions de "réchauffement climatique") seront donc prévues par la suite, les plants commandés pour une plantation en 2017...(du grenache...chutt...)


MAI 2015
Beaucoup d'actualités à ce jour...
Notre site facebook retrace au fur et à mesure nos interrogations, nos animations et les "followers" apprécient et réagissent en temps réel...c'est bien l'heure du numérique...
Mais cela ne nous empêche pas de garder cette rubrique à jour une fois par trimestre environ ; permettant une trace "ordonnée", un petit journal au fur et à mesure du temps et des années qui s'écoulent...

Le mois de mai...c'est à la vigne que ça se passe !
C'est la période où alternent labours et traitements...Dans certains vignobles du département, des tâches de mildiou commencent à apparaître..il faut dire que le temps a été pluvieux et les périodes de grosse chaleur sont propices au développement des champignons...Il faut donc ressortir la bouillie bordelaise...
.
..ainsi que la machine à dos ! c'est une solution physique mais à y regarder de près, à la fois économique et bien meilleure pour l'environnement puisqu'un tiers de dose suffit !
Vaste sujet que celui des traitements, il faut regarder à la fois la matière active mais aussi prendre en considération l'impact sur les sols par rapport au poids du tracteur, l'essence utilisé, la pollution de l'air engendrée...aucun diagnostic ou label ne prend en compte tout ceci pour le moment...
Côté cave..
Rien à signaler ; les cuves sont contrôlées toujours régulièrement car le printemps engendre des modifications du vin, de sa stabilité microbiologique en raison des hausses de température ; il est donc nécessaire de prévenir toute déviation en scrutant toute évolution du paramètre clé : l'acidité volatile. Un très léger réajustement en soufre sera peut être nécessaire et pourra garantir un taux final de sulfite très faible en bouteille.
C'est le moment où on reprend aussi contact avec nos fournisseurs de "matières sèches" préférés  - un terme bien ingrat pour les bouchons notamment qui sont issus d'un savoir faire important et parfois de plusieurs générations, du Portugal ou d'Espagne (de préférence de ce pays là pour réduire les émissions carbone)
Par ailleurs, je continue, comme l'an dernier, à choisir des bouchons FSC...

AVRIL
Gros travail sur le plantier de syrah vigne "les Côtes",
...notre chouchou...parce que la plus jeune ? la première que nous plantons, pour notre génération...
Comme un enfant, nous lui accordons beaucoup d'attention...veillons sur elle car isolée, perdue dans la montagne, un cépage fragile quand il pousse...tellement sensible au vent (et retombant de surcroit) que le palissage (les fils) est absolument nécessaire..
Le vent qui souffle ces jours ci va faire beaucoup de dégât...mais nous avons appris maintenant à faire avec la nature, se rassurant sur la capacité de la vigne à faire de nouveaux rameaux, le vigneron sélectionnera aussi de nouveaux sarments cet hiver pour reformer la souche d'une autre manière...au final, la vigne, qui est une liane saura bien produire des raisins...et tant pis si la taille n'est pas conforme exactement aux modèles enseignés à l'université...
L'essentiel reste en effet pour nous : une seule chose : des bons raisins !!...

MARS
Cette fois ce sont les oliviers qui doivent être taillés
Extrait facebook du 23 mars :
"La taille de la vigne est finie...c'est maintenant le tour des oliviers...Il s'agit d'un travail bien plus long que ce qu'on l'imagine...il faut bien 15 minutes par olivier pour nos oliviers les plus gros qui ont été plantés en 2004. Menudel, olivières notamment font beaucoup de bois donc sont les plus longs à tailler...
La production finale d'olives est liée à la quantité de bois de l'année précédente.
La production 2014 a été catastrophique pour tout le département...souhaitons qu'il n'en soit pas de même pour 2015 et que ces trois semaines de taille soient utiles.."
Côté cave...
Mars, c'est aussi le mois des assemblages au laboratoire : une étape clé, où le vigneron, en collaboration avec son oenologue conseil (notre ange gardien des vins...!) va déterminer le profil de chaque cuvée, l'avenir de ses vins...car tout le travail antérieur va porter ses fruits bientôt, au moment où l'amateur de vin ouvrira sa bouteille et jugera, avec une grande "sagesse" (qu'il ignore pour la plupart...) si le vin est conforme à son palais (ou non...) et s'il en rachetera (ou non..) et aussi s'il en fera la promotion autour de lui...
Donc toujours quatre cuvées pour nous, mais certainement pas de joi 2014...le millésime 2014 laissera des traces tout de même.
Nos grenaches sont toujours aussi beaux pour ce millésime, même si le "septentrionnal", ne pourra pas rentrer dans la cuvée Hommage cette année comme à son habitude...un millésime donc où notre habituel terroir de ruffes, si aride lors des années de sécheresse importante, va cette fois-ci constituer la quasi totalité de nos cuvées...

FEVRIER
Nouvel arrivé dans la famille...
Le petit Aymeric est né le 27 février..un petit garçon au bon tempérament s'annonce...
Il fait le bonheur de toute la famille ; question travail nous prenons un peu de retard sur l'étiquetage, les clients...mais heureusement les vignerons aussi ont droit à une vie "hors du travail" même s'il s'agit d'un métier particulièrement passionnant...et prenant...!
Côté vigne...
Pendant ce temps, la taille continuait pour Frédéric et encore son père Christian qui apprécie toujours son "ancien" métier...moins de pression, un rythme moins soutenu mais au final...les vignes sont toujours taillées et surtout toujours de manière aussi soignée...
Sa belle-fille apprécie particulièrement la beauté de ses vignes "gobelet" ce mode de taille respectueux de la souche, si bien adapté à notre climat...

Extrait facebook du 21 février...:
"La fin de l'hiver approche...la taille est finie !
Nous allons maintenant apporter à nos vieilles souches un peu de nourriture...nous choisissons un engrais naturel d'origine animale (du guano) favorisant une végétation équilibrée et adaptée à nos conditions climatiques sèches en été...
Viendront par la suite les labours afin d'incorporer cet engrais naturel au sol...Il ne sera efficace que quelques années plus tard;..un investissement à moyen terme mais nécessaire pour nos sols si pauvres..."


JANVIER 2015

Travaux d'hiver...
Fin 2014 a été marqué par un automne magnifique, caractérisé non seulement par des couleurs splendides dignes des forêts canadiennes...puisque les températures douces ont permis aux vignes de garder longtemps leurs feuilles donc, de prendre des couleurs rousses, rouges, ocres puis marrons que tardivement, nous avons donc pu faire de jolis photos..
Des plues torrentielles se sont enchainées par contre par la suite ; et nous constatons des phénomènes de ravinement importants sur les parcelles les plus en pente...Il faudra se munir d'une pioche pour réparer tout cela afin que le tracteur puisse passer sans danger pour celui qui le conduit...(les accidents arrivent facilement dans le métier et nous déplorons le décès d'un confrère d'étude dans le secteur il y a quelques années...).
Début janvier, nous nous mettons donc à la taille (activité hivernale "de base" des vignerons, quel que soit le vignoble...) ; taille en gobelet pour la plupart des vignes (notre belle taille languedocienne dont nous sommes fiers...car elle assure ensoleillement et protection contre les maladies grâce à son "ouverture" ; taille en cordon de royat ou plutôt gobelet étalé, pour la syrah qui nécessite un palissage car naturellement retombante...(seuls les fils permettent de maintenir ce feuillage parfois opulent...)
Cette année nous nous "attaquerons" donc à la taille de notre plantier de syrah, qui s'est bien développé cet été : du feuillage comme on l'aime pour faire des réserves à la plante mais aussi du bois donc...un travail qui s'annonce laborieux...mais indispensable...la vigne devrait bien nous le rendre à la récolte ! en tout cas nous l'espérons...!


NOVEMBRE 2014
Bilan des vendanges
Un moment crucial où on a un aperçu du travail réalisé depuis 9 mois...
On peut dire aujourd'hui que notre travail a porté ses fruits : notre acharnement à la vigne cet été n'aura pas été vain...
En effet vu les conditions climatiques exceptionnelles, seuls des travaux de type vendange en vert, traitements à la machine à dos réguliers et bien positionnés pouvaient permettre d'assurer une bonne récolte (en quantité mais surtout en qualité cette année...) et toujours sans utilisation d'antibotrytis, contraire à nos engagements...
Nous avons donc pu rentrer des raisins à temps, non seulement en bon état sanitaire mais mûrs...
Très peu de tri donc en ce qui nous concerne ce qui est assez rare pour le secteur...
et des cuves bien remplies nous permettant de reprendre le retard que nous avions eu en 2013 avec des rendements beaucoup trop faibles sur le grenache qui avait subi un bien mauvais printemps en 2013...
La cuvée Caractère 2013 sera donc en très faible quantité (aux alentours de 1500 bouteilles) mais 2014 sera là pour prendre le relai...


AOUT 2014
bilan au 27 aout
Côté vigne
ou " drôle de temps sur la planète"...
Eté exceptionnel que nous venons de vivre...de part son climat tempéré et la présence de nombreuses et régulières pluies durant les mois de juillet et août...
Les jardins sont verts ; les oliviers se portent bien : les olives sont charnues et "prometteuses"
...et la vigne quant à elle a plus que rattrapé son retard ; la pluie miraculeuse du 24 juin (94 mm) nous a sauvés...
et les suivantes ont permis d'assurer une croissance continue, mais aussi des grains "charnus" ; la syrah apprécie donc, même sur les tènements les plus secs normalement...une année à syrah donc a priori..
Pour les grenaches, de nombreux écimages et traitements préventifs contre le mildiou ont occupé le vigneron tout l'été : vigilance et réactivité étaient particulièrement nécessaires cette année.
Nous attendons aujourd'hui, de la chaleur et du vent pour permettre une maturité de nos grenaches "phares". Les pellicules présentent des tanins déjà "fondus"...

Côté cave
Beaucoup de travail là aussi avec les mises en bouteille, que nous continuons à réaliser nous mêmes. Mise du Caminaire 2013 (disponible), du Caractère 2013 (commercialisé en fin d'année), du Hommage 2013 (commercialisé fin 2015), et du joi 2012 (prévu pour début 2016...) ; des dates variables selon le niveau de maturité du vin requis...
Petit détail de l'année : nous teston de nouveaux bouchons catalans issus de forêts gérées durablement : Caractère, Hommage et Joi bénéficient d'un bouchon FSC.
Une cuvée spéciale temporaire a fait son apparition, créée spécialement pour le Festival de Mourèze : Cuvée Les Bacchanales de Mourèze, 10ème festival de Mourèze", en AOP Languedoc ; du sur mesure pour l'association qui bénéficie d'une dizaine de palais amateurs et qui ont fait preuve d'un "profesionnalisme éclairé" lors de l'assemblage, la création du vin en avril. Une belle aventure pour laquelle nous remercions l'association...


MAI 2014

Côté vigne
L'hiver a été particulièrement sec...certaines communes ont vu leur source se tarir et devoir faire appel à des camions citernes pour remplir leur chateau d'eau...la vigne a été en avance ; mais elle a poussé plutôt lentement ; l'herbe elle même s'est faite assez rare ; dans les jardins, on a donc nettement moins tondu que d'habitude...quelques feux ont fait leur apparition...pas sur notre commune pour le moment. Mi mai, enfin !, un peu de pluie mais nous sommes toujours en vigilance...
Des nouvelles du plantier de syrah :
Toujours là-haut dans sa montagne arborée...soumis à l'assaut des animaux, friands de nouveaux bourgeons, bien frais et croquants, les plants ont été protégés par des fils électriques ; le palissage a été placé (ca fait plus sérieux...) ; travail à la main (au marteau plutôt...), piquets, fils, ...il s'agit d'un travail important et physique mais absolument nécessaire pour la syrah, au port particulièrement retombant ; des filets ont aussi été rajoutés aux plants qui n'avaient pas été touchés l'été dernier. Des baguettes en bambou pour chaque pied ; et enfin en avril nous avons sélectionné deux rameaux, les plus forts, les plus beaux ou les mieux placés (si possible les trois...), pour que le jeune plant ne s'épuise pas...

Côté cave
Les vins ont passé tranquillement la période hivernale dans le silence et l'ombre de la cave.
Début avril (un peu plus tard que d'habitude donc), les assemblages. Toujours un grand moment pour les vignerons ; c'est là que nous voyons un peu le résultat de notre travail depuis les vendanges...voire celles de l'année d'avant pour la cuvée de garde élevée en barrique comme le Joi...
Quel sera le profil du millésime ? quels types d'arômes domineront plus que d'autres ? quelle structure pour chaque future cuvée ?
et imaginer -un peu...- quelle sera la réaction de nos amis et amateurs de vin, qui ont le palais bien plus expérimenté qu'ils ne le croient en général...
Après le laboratoire, avec son lot de bouteilles assez impressionnant (une bonne quinzaine), la suite à la cave ; Frédéric modèle le protocole, assez complexe ; la précision est telle qu'il arrive qu'un simple seau modifie le goût du vin au final...

Autre travail : l'étiquetage : travail de type hivernal, mais parfois reporté aux beaux jours à cause de l'humidité (même s'il n'a pas plus, le temps marin nous apporte un hygrométrie génante pour l'étiquetage) ; travail de patience, presque monacal...; les cartons s'empilent ; les rouleaux défilent....les palox se vident petit à petit...
A ce jour, il manque encore deux cuvées à étiqueter ; les commandes de cartons, de capsules s'enchaînent ; nous devons être fin prêts pour faire la mise en bouteille du Caminaire 2013 mi juin car le stock du 2012 est au plus bas...et les demandes estivales vont arriver...
Mais avant la "mise", il faut aussi faire tous les dossiers administratifs...déclaration de revendication, déclaration de mise en bouteille, analyses, prélèvements pour agrément...un travail qui plait nettement moins aux vignerons mais inéluctable aujourd'hui comme beaucoup d'autres métiers...

Heureusement, il y a le contact avec les clients et amateurs, qui par leur intérêt, nous motivent dans notre volonté de toujours faire de notre mieux, à chaque étape de notre travail...Nous les en remercions...
Vous pouvez consulter notre programme de visites ; cette année, des guides spécialisés se joignent au domaine pour profiter autrement, soit en complétant par une balade (L'Ecole Buissonnière, Escapeo) soit par des visites gastronomiques (Les Pépites de Noelle). Ce sont des gens charmants avec qui nous allons avoir le plaisir de travailler tout cet été...

Et les oliviers...
Frédéric taille les oliviers au début du printemps ; 35 variétés donc 35 manières de tailler ; il s'agit d'un savoir faire assez délicat et qui nécessite beaucoup de patience...bref, une passion ! pour certains c'est tout naturel...Passionné par les arbres, c'est le cas de Frédéric qui n'a jamais pris de cours de taille sur les oliviers. Au final, les oliviers "broussaillus" au départ, ont une belle coupe, cylindre aplati, aucune branche ne dépasse ; on pourrait comparer la taille de l'olivier à une coupe de cheveux...Les anciens sont encore là pour en juger et vous donner leur avis. Merci à eux pour leurs encouragements !

Et enfin un projet participatif : le "Sentier de la Manuf"
Mi février, durant tout un week end, nous avons vécu un joli moment grâce à l'association "La Manufacture des Paysages" ; dans le cadre du projet "D'ailleurs vous êtes ici" sensibilisation du grand public aux paysages et à l'impact de l'homme sur notre environnement, nous avons mis à disposition des participants, notre petite colline, au dessus de notre mazet, redevenue sauvage ; chacun a pu laisser libre cours à son imagination, ses envies pour remodeler un petit espace à sa guise...Vous pouvez avoir un aperçu de ce projet ici.

OCTOBRE 2013 :
Petit bilan...
Une année "technique" où toute les compétences du vigneron en viticulture, ayant du faire face à une météo capricieuse depuis la sortie du feuillage jusqu'aux vendanges et en oenologie à la cave pour révéler le meilleur des raisins auront été nécessaires...
Pour l'instant, ce que nous pouvons donc constater, c'est d'abord une quantité en effet très très faible pour les grenaches (la moitié de la normale...) ; la syrah et le carignan sauvent un peu la partie mais nous notons une baisse générale de la récolte de 35%.

Question qualité...
Elle a l'air au rendez vous mais nous ne le confirmerons pas avant le printemps pour la cuvée Caminaire, la fin de l'été pour la cuvée Caractère...et l'an prochain pour le Hommage (et encore plus tard pour le Joi...)
En cave...
Les vinifications se sont bien passées ; plutôt aisées car les températures ont évolué avec exactitude, contrôlées minutieusement avec le groupe de froid mais qui a peu servi cette année. Le carignan toujours très aromatique en macération carbonique n'a pas eu besoin d'apport de chaleur supplémentaire, cette année, chose fort curieuse...Très joli cinsault encore cette année a priori...et des grenaches qui, malgré un volume bien bas dans les cuves ont présenté des arômes présageant un joli dévellopement futur...à suivre...
Les pressurages ont pu être regroupés ce qui est un gain de temps non négligeable en terme de temps et d'énergie pour nettoyer notre charmant mais contraignant pressoir en bois âgé cette année de 55 ans...
Aujourd'hui... nous faisons régulièrement des analyses pour détecter le déclenchement de la deuxième fermentation des vins : la fermentation malolactique qui fait intervenir des bactéries lactiques..dès qu'elle sera terminée (température exigée : 20°C), nous pourrons très légèrement sulfiter les vins pour bloquer tout développement microbien et maintenir les vins en sécurité, protégeant avant tout la richesse de nos arômes...qui se dévoileront au printemps...

Pendant ce temps, dans les oliveraies...
fin de la récolte des olives de table, les lucques nouvelles sont donc arrivées...encore destinées à une consommation familiale, il est possible de les goûter sur demande au cours d'une dégustation au domaine !
N'hésitez pas nous le rappeler !
Pour l'huile, il faudra attendre encore quelques semaines que les olives murissent...autre belle aventure qui permet d'apprécier toute la diversité des variétés d'olives, représentées dans nos jeunes oliveraies, à découvrir là aussi fin novembre et décembre (visites en cours de programmation...)

SEPTEMBRE 2013 :

Etat des lieux au 16 septembre :

Les vendanges ont commencé samedi 14 septembre, par une petite parcelle de grenache noir, celle de notre mazet, lieu magnifique et reposant, grâce aux 300 oliviers de Frédéric, complétés par de nombreuses autres variétés d'arbres d'ornement sélectionnés au cours de nos années de jardinage...

Jolis arômes en perspective donc pour ce futur vin, orienté vers les cuvées Caminaire et Caractère...déjà des notes épicées, poivrées, donnent toute leur originalité à ce terroir particulier...la fermentation commence donc tranquillement ; très très peu de volume malheureusement car la floraison ayant été réalisée dans des conditions défavorable (comme dans la Vallée de Rhône, touchée aussi très durement), la récolte est donc maigre et la cuve presque vide...qu'importe, le travail du vigneron à la cave est le même : désinfecter, des tuyaux, une cuve ; rincer, pomper, oxygéner...contrôler la température, l'ajuster avec notre groupe de froid (surdimensionné...mais redoutablement efficace...) ; et veiller donc sans cesse au bon déroulement de transformation des sucres en alcool, de l'extraction de la couleur, et en ce moment, surtout, de la protection de nos arômes...notre richesse...

Pendant ce temps, les autres vignes murissent très lentement ; le temps est relativement froid ; la faible quantité de grenache favorisera-t'elle une bonne maturation ?  en tout cas, nous l'espérons...

Toutes les parcelles excepté le carignan, moins touché pour le moment...sont protégées des sangliers grâce à des fils électriques, parfois à voltage élevé...quelques sanglies ont déjà eu des surprises : nous observons des traces de "lutte" sur le grenache-haut du Serres de Bourles, des crapauds...C'est le seul moyen qui nous préserve de cette "mafia locale" (terme tout à fait personnel...). Malgré l'intervention régulière de la diane locale, que nous remercions, cela ne suffit pas : les sangliers se multiplient chaque année de manière considérable...jusqu'à quel niveau, faudra-t-il attendre ? combien de temps seront efficaces ces protections ? Car tout le travail laborieux de longues années peut être saccagé en quelques minutes...100 souches sur 50 ares ont été touchées en peu de temps avant que l'on pose nos fils...

Vigne des Combes ; carignan en pente ; terroir Permien gris exposition sud



JUIN JUILLET 2013 : des soins pour les vignes mais une nature cette fois peu clémente...

- Plantier des Côtes:  cette parcelle présente un dénivelé de 12m sur des rangées de 160 m ; il nous a donc fallu piocher chaque souche afin de recueillir l'eau d'arrosage ; un travail fastidieux néanmoins nécessaire pour un bon enracinement...
La vue magnifique (vers l'ouest, dominant la vallée de St Jean de la Blaquière) rend le travail moins fastidieux...
Il faut plus d'une journée pour arroser les plants en raison de l'éloignement de la parcelle et des mauvais chemins...On note dès à présent une différence notable entre deux pépiniéristes...la qualité d'une souche provient dès son départ de sa bonne mise en condition par le pépiniériste, autre métier délicat, partenaire du vigneron...

- "Coulure" du grenache : la coulure correspond à la perte de boutons floraux qui ne se transforment pas en fruit : donc pas de raisin...
Cette année, les conditions de la floraison ont été particulièrement mauvaises (froid, pluie...) : le grenache déjà très sensible n'a pas résisté...il s'agit donc d'une perte importante de récolte pour le millésime 2013..

- Mise en bouteille des cuvées Caractère 2012, Hommage 2012 et Joi 2011 prévue à la fin du mois de juillet.

...mais aussi des soins pour l'ancienne maison, soumises aux outrages du temps :

Côté travaux : cette fois ci, nous n'entreprenons pas les travaux nous-mêmes car le chantier est de taille : renover la façade sud de la maison impliquant de rejointer, les pierres, remplacer les plus abîmées, détruire la terrasse et reconstruire une nouvelle terrasse sans pilier, donc avec mise en place de "corbeaux", des pierres de taille de plus de 200kg, en grès, issues d'une carrière proche de St Privat qui fabriquait les fameuses "meules de St Privat", réputées pour leur solidité...

MAI 2013 : naissance d'une vigne...

Après de nombreuses parcelles arrachées entre 1998 et 2005, voici le renouveau des plantations...Une nouvelle vigne vient donc de "naître" : une belle parcelle de syrah à la taille modeste (50 ares) : les plants viennent tout juste d'être plantés manuellement par notre ami Yann jeune vigneron mais déjà expérimenté de Montpeyroux. 2500 pieds donc qui devraient pointer leurs petites feuilles d'ici un mois ; à condition que tous les soins d'arrosage et de terrassement que nous luis prodiguons fassent leurs effets...

....et révélation du Hommage 2011 !
Les arômes de notre cuvée phare en Terrasses du Larzac apparaissent enfin ! il se déguste beaucoup mieux et évolue de quinzaine en quinzaine...à suivre donc !

Avril 2013 : taille des oliviers
Les oliviers poussent bien, sont de belle taille aujourd'hui pour la partie la plus ancienne ; ils nécessitent aussi plus de temps pour leur taille ; 35 variétés ; 35 manières et philosphies différentes (c'est tout un art presque "asiatique"...)

...et mise en bouteille du Caminaire 2012
Cela devenait urgent ! face à un mois de rupture de stock, juste après les assemblages nous lançons la mise en bouteille du nouveau millésime 2012 pour la cuvée Caminaire : nouveauté cette année : un peu moins de syrah (juste quelques pieds mélangés - par test du grand père- au cinsault du Serres de Bourles) ; et apparition d'un peu du grenache du mazet.

Janvier-Février : taille de la vigne
Le mauvais temps régulier de cet hiver ne nous aura pas trop gênés pour tailler en raison de la petite taille de notre exploitation mais il aura entrainé le retard de nombreux vignerons....
La cuvée Hommage 2010 n'est plus disponible (seulement 900 bouteilles produites pour ce millésime trop pauvre en quantité - moins de 20hL/ha et seulement 2.5ha en vinification...
Il faut encore attendre que le Hommage 2011 se fasse ; il est encore fermé...

Maison en hiver avec la neige ; face sud

Décembre 2012 :

Fin de la récolte des olives.
Oliveraie du Mazet : un paradis aussi pour les insectes...
Des nouvelles de la cave...

La récolte d'olives vient de se terminer ; nous avons récolté cette année 400 kilos pour nos oliviers ; une quantité qui augment petit à petit d'année en année mais reste toujours bien modeste au vu des rendements...Qu'importe, les arbres, autonomes en eau, se révèlent bien adaptés au terroir : la ménudel notamment nous a donné entière satisfaction..petite (comme son nom l'indique, elle fait notamment des quantités honorables ; l'olivière a cette année, été plus satisfaisante...

Et la jeune oliveraie commence à porter ses fruits...les arbres se sont enracinés et commencent à produire...Les arbres "d'ornement", murers platanes ont grandi à vu d'oeil ; ils apporteront l'an prochain une ombre non négligable dans nos contrées "presque" désertiques l'été...Les néfliers, très intéressants pour les insectes attirent notamment les abeilles tout comme la roquette sauvage, en fleur en novembre qui faisait ressembler le champ à un véritable essain...une biodiversté en toute simplicité mais que nous entretenons toujours avec passion...
N'hésitez pas à nous contacter pour visiter ce petit monde perdu au milieu des terres rouges entre Salagou et falaises du Larzac...(visites notamment les samedi après midi ou autre jour, sur réservation)

Et pendant ce temps, à la cave, toutes les cuves ont terminé leur fermentation malolactique, ont été soutirés, très légèrement sulfités, afin de les protéger tout l'hiver ; des analyses sont réalisées chaque mois afin de les surveiller toujours de près...nous permettant d'assurer un taux très faible de soufre dans les bouteilles...
Rendez vous au mois de mars pour les assemblages..
Actualisé le 10/12/12

Après les vendanges...les olives...
La récolte des lucques (olives de table ramassées en vert) a été précoce cette année ; à peine avions nous fini de vendanger que les olives commençaient à "tourner" (virer au noir) ; nous avons donc récolté une belle quantité d'olives, de belle taille, état sanitaire très satisfaisant cette année particulièrement.
Actualisé le 10 octobre 2012

Petit bilan au 25 septembre..
Nous avons fini de vendanger ! toutes les parcelles sont désormais à l'abri ; chacune dans une cuve ; la cave est particulièrement "vivante" ! les petites bulles de gaz carbonique s'échappent de plusieurs cuves créant une ambiance particulière : le vin vit vraiment à cette période ! chaud- froid, nous surveillons sans arrêt les vins pendant la fermentation et ensuite la macération ; tantôt il faut refroidir à l'aide de "drapeaux" afin d'éviter des arômes trop épicés, un emballement puis un arrêt de la fermentation trop brutal, tantôt il faut réchauffer afin d'extraire en douceur, mais extraire quand même les jolis tanins que l'on sentira par la suite dans les vins...
Une période intense qui doit révéler le meilleur de chaque parcelle...
Chaque cépage va s'exprimer différemment...les couleurs sont présentes dès le départ, le pourpre de la syrah mais aussi celui du cinsault (!), créent des motifs magnifiques dans les bacs blancs...
Des bulles, de la chaleur, des couleurs...et des arômes en création...la cave est à ce stade à son maximum d'intérêt !

Un climat qui change
Les changements climatiques concernent aussi aujourd’hui les vignerons…

Petit aperçu…
Le climat à St Jean de la Blaquière était traditionnellement assez marqué : des hivers rudes (pour le midi) avec des températures basses et du vent (provenant du Larzac en général)…d’où l’utilité des Capitelles qui servaient d’abri au vigneron pour se restaurer entre deux rangs de vigne à tailler… Les étés étaient assez secs, et toujours marqués par la présence de vents qui asséchaient bien les maladies ; peu de pluie jusqu’à mi septembre…Deux pluies étaient particulièrement attendues pendant l’été : une mi juillet et une autre mi août…qui permettaient d’éviter un trop grand stress hydrique pour les vignes familiales installées sur les coteaux, et donc plus sensibles au manque d’eau que dans la plaine…  

Aujourd’hui, le temps change réellement….

Les vignes qui ont pris de l’âge, produisent moins qu’avant ; mais nous sommes aussi confrontés à des millésimes parfois particulièrement secs : ce fut le cas en 2009 et surtout 2010
Les rendements de ces deux années ont été très faibles : 22hL/ha pour 2009, 18 hL/ha pour 2010….Seules, les « vendanges en verts » permettent d’assurer ces années là, une maturité correcte de nos raisins…
Pour 2011, la « sortie » (quantité des raisins produite par la souche) a été assez bonne et le climat a permis une bonne maturation    

2012 : une culture sous haute vigilance
 2012 fut une année particulière et délicate à gérer, même pour nous, vignerons favorisés par un climat permettant peu de quantité mais une **qualité régulière d’un bon niveau.  

Au printemps, la  « sortie » a été moyenne. La végétation s’est formée, la vigne était vraiment belle…mais la pression sanitaire a été plus forte qu’à l’accoutumée (cela va un peu de pair !) ; des contrôles réguliers pour chaque parcelle, une vigilance accrue, avec parfois des traitements (au soufre naturel), à la machine à dos, plus efficaces au cœur de chaque souche et avec peu de pertes et de résidus au sol (notamment pour le vieux carignan en pente, aux Combes) qui ont permis d’endiguer la maladie. Une année sous haute surveillance mais dont nous avons vu les résultats aux vendanges en septembre. (pas d’utilisation de produits de synthèse…ni d’insecticide)
.A noter que cette année fut particulièrement difficile pour les vignerons des régions septentrionales…  

L’été a été par contre, pour nous, plutôt sec, contrairement à nos confrères du nord…la végétation était belle mais les raisins, malgré une vendange en vert drastique en juillet (étape laborieuse et pénible sous forte chaleur mais obligatoire en prévention des grosses sècheresses afin d’assurer une maturité optimale des raisins restants…)  

Le mois d’août a été particulièrement sec : pas de pluie mi août comme escompté, les raisins sont restés petits jusqu’à fin août…annonçant des maturités en longueur.

Coup de tonnerre fin août ! une pluie très importante de 60 mm suivie d’une deuxième dans la foulée (de 20mm) a fait grossir les raisins, atteignant une taille jamais vue par la vigneronne pour les précédents millésimes ! des grains « dodus » donc ! des jus qui ont pris un peu d’arôme mais sans plus…les parcelles phares restant toujours les meilleures…des maturités qui se sont accélérées pour la pellicule…une vendange originale, différente…mais il faut faire confiance à la nature : ces tanins qui ont mûri à grande vitesse, ces arômes discrets dans la pulpe, la vinification révèle tout ceci…et les arômes qui nous tiennent à cœur apparaissent pendant la fermentation grâce aux « précurseurs d’arômes », qui libèrent eux, les arômes du vin (vaste sujet à développer au domaine avec la vigneronne-œnologue)…  

Bref, malgré des conditions climatiques différentes, il nous semble que le terroir garde un très joli potentiel d’année en année…à suivre donc ! en s’adaptant toujours au mieux aux changements du climat : un défi permanent pour les vignerons d’aujourd’hui, pas à l’abri de nouvelles maladies non plus…tout en respectant au maximum la nature qui nous environne (notre démarche va bien au delà des labels…une éthique personnelle un peu discrète encore…mais que vous pouvez découvrir en nous rencontrant au domaine).
Actualisation : 20 septembre 2012

L'hiver se termine...la taille a été réalisée ; en dehors des périodes de grand froid. La pluie n'est pas venue. Le soleil a été là, bien là...au grand bonheur des randonneurs.
Mais aujourd'hui, la vigne, les oliviers, toute la nature attend encore la pluie qui se fait désirer avec insistance. Il a plu sur le littoral ; souhaitons que nous ne soyons pas oubliés avant d'attaquer le printemps et surtout l'été...

Les vins eux se sont faits, tranquillement, au calme reposant de la petite cave voutée....
Mi mars, ils se sont dévoilés, enfin ! les arômes sont réapparus ; à bonne température, les tanins sont là mais non "mordants" ; un joli millésime qui s'annonce pour 2011...la mise en bouteille se fera fin juin / début juillet.

Pendant que les vins se reposaient préparant leur futur éclat, le vigneron travaillait à la rénovation du futur caveau : révélant un joli puits : le puits qui donnait son eau à toute la maisonnée...
Drôle de métier que le notre lorsque nous réalisons quasiment tout ce dont nous avons besoin : de la vigne à la cave mais pas seulement ; nous nous initions donc aux divers secrets des autres métiers de maçon, électricien, plombier...un métier qui n'en finit pas de s'élargir !

Mais cette période ne dure qu'une partie de la saison, bientôt les labours (quand il aura plu !), la répartition à la main de l'engrais organique bio dans les vignes qui sortent leurs bourgeons...et puis, le tracteur, un peu tout de même, pour les premiers labours et traitements de soufre...tout ceci en fonction de mère Nature...
Le vigneron tente alors de prévoir le temps...mais là c'est une autre histoire !!
Actualisation : 26 mars 2012

De nouvelles parcelles viennent compléter la gamme du domaine ; nous passons donc à 4 hectares en raison de la retraite officielle de Annie Salles, la mère de Frédéric. (moins de 2 en 2007 et légèrement plus en 2010). Cette année est donc l’occasion de tester ou de confirmer (notamment la parcelle de Grenache du Mas, vinifiée en 2007) la qualité des vignes appartenant depuis plusieurs générations à la famille. Elles ont toutes été vinifiées jusqu’en 2000 environ mais avec des moyens et objectifs différents par le grand-père et le père de Frédéric. Voici donc une petite présentation des petites nouvelles (rarement plus de 40 ares…)

Tour d'horizons des vignes

 - Vigne de la Rua : syrah. Parcelle phare puisque c’est la plus ancienne acquise par Etienne Salles en 1829 et dont nous possédons l’acte de notaire ; elle doit son nom à un ancien petit ruisseau qui la borde (« Rua » en occitan) ; elle se situe sur permien gris avec quelques alluvions. Très petite (23 ares) et très découpée, elle présente une contrainte supplémentaire de taille : de vieux oliviers (variété : Verdale) de belle taille, qui font souffrir les vignes à ses pieds mais de toute beauté…

  Vue satellite ; vigne de la rua ; cépage syrah ; terroir permien gris

- Vigne du Mas : Grenache noir ;  parcelle la plus en hauteur du domaine ; versant ouest du Puech Buissou (voisin nord sur la crête du Rocher des Vierges). Vraiment isoléedans les bois de chênes blancs (« blaca » en occitan, d’où le nom de St Jean de la Blaquière) , elle est régulièrement la proie des sangliers ; dorénavant nous limitons fortement leur impact par l’emploi de fils électrifiés..Souhaitons que cela continue à les dissuader… Cette parcelle se situe non loin d’une belle capitelle ; elle est exposée vers l’est ; bénéficiant d’un microclimat plus modéré durant les étés caniculaires…Elle auss est en légère pente…Son terroir est sur Permien gris mais avec quelques rappels de permien rouge certainement en sous sol ; discret assemblage des deux terroirs…L’œil expérimenté du géologue révèle la présence de traces de carbones   

Vigne du Mas : cépage grenache noir ; terroir permien gris

- Vigne de Serres de Bourles bas : Grenache Noir ; située légèrement en dessous du Grenache de Serres de Bourles haut, il s’agit d’une parcelle plutôt « facile »  à travailler mais de production faible en rendement.  

- et enfin…la Vigne des Combes : Carignan noir et Cinsault ; parcelle emblématique par sa forte typicité languedocienne :  nombreuses terrasses (au nombre de 7), forte pente rendant impossible l’utilisation de la charrue ; une belle capitelle ronde domine la vigne entourée, elle aussi de chênes blancs. Parcelle toujours existante par la ténacité de cette famille modeste disposant d'aucune parcelle à fort rendement, grande et plate...

Vigne des Combes ; cépage carignan noir ; terroir permien gris

Question climat pour le millésime 2011...
Curieux été pour ce millésime 2011...en effet, il a été marqué par de nombreux passages pluvieux ainsi que des températures assez basses pour notre secteur de juillet jusqu'à mi août. Durant la deuxième quinzaine d'août en revanche, temps sec et très chaud ; les vignes ont été différemment marquées par ce changement...  

Aperçu de chaque cépage en vinification
 :
- Les Grenaches noirs ont été particulièrement touchés par cette rude fin d’été ; de nombreux grains se sont flétris et la vigne a puisé dans ses réserves, notamment les plus arides, celles sur Permien rouge. Un été donc plutôt en faveur des parcelles sur Permien gris...

- Les Syrahs quant à elles ont bien résisté –curieusement..°- ; elles étaient magnifiques et le sont resté durant toute la durée des vendanges. Ceci malgré une charge un peu plus élevée que les années précédentes. Par ailleurs avec un beau potentiel arômatique en cave…

 - Les Cinsaults se sont révélés comme chaque année plus qu’à la hauteur ce qui nous conforte dans notre appréciation de ce cépage souvent dénigré (son utilisation est strictement contrôlée dans le cahier des charges des A.O.C…). Le nouveau cinsault de la Vigne des Combes dans un registre différent de celui du Serres de Bourles apporte des arômes complémentaires. 

Vigne du Serres de Bourles ; cépage cinsault, oeillade ; terroir Permien rouge

- Le Carignan nouveau cépage pour nous en vinification et pourtant si traditionnel…en test donc cet année ; avec un nouveau procédé de vinification (pour nous !) la macération carbonique ; méthode particulièrement douce (ni éraflage*, ni remontage*, encore moins de pigeages*) ; seul le léger apport de gaz carbonique à la mise en cuve va favoriser l’extraction des arômes et des polyphénols. Celui issu de la fermentation alcoolique prendra le relai par la suite. En cours de vinification à ce jour encore… 

Grappe de Carignan noir ; vigne des Combes

 Globalement, à l’heure où nous écrivons ces lignes, il semble que les nouvelles parcelles soient au niveau qualitatif des vins actuellement ; résultat à préciser au moment des assemblages, premier trimestre 2012…
Actualisation : le 14 octobre 2011

Résumé
Le plus aride des millésimes jamais vu jusqu’à ce jour…même 2009 a été dépassé en terme de faiblesse de quantité…18hL/ha sur les grenaches noirs; légèrement plus sur le cinsault ; on ne dépasse pas les 25 hL/ha…
 
Point météorologique :

- L’hiver 2009/2010 a été très froid et très long.. 
 - Le Printemps 2010 est arrivé avec du retard ; la végétation a donc commencé à pousser assez tard ; par ailleurs, on a constaté une quantité de raisins présents (la sortie*) faible ; les grappes étaient très courtes pour le grenache (heureusement peu de coulure* c’est à dire que toutes les fleurs se sont transformées en fruits) ; le cinsault a pour sa part présenté très peu de grappes. 
 - L’été 2010 n’a pas été marqué par une grande sècheresse mais par sa période relativement courte (pas d’été indien) : l’automne est arrivée assez tôt ; la maturité a été très longue…

SEPTEMBRE 2009 : brainstorming chez les oenologues...Ca y est ! on y est enfin ! le temps des vendanges commence vraiment...mais sur notre petit domaine, on ne vendange pas tous les jours ; il faut donc attendre beaucoup ; entre deux prélèvements, moments cruciaux pour Sébastien, mon confrère talentueux accompagné cette année d'Adeline, ingénieur agronome oenologue ainsi que moi-même : dégustation des baies donc ; analyse circonspecte des grappes et de l'état des vignes...la date de la récolte de chaque vigne est cruciale : d'elle dépend le raisin que l'on va rentrer en cuve et donc : le vin qui va en résulter..

...et enfin action pour les coupeurs, porteurs et conducteur de tracteur !
Enfin, petit à petit, les vignes s'approchent de la maturité optimale ; on peut vendanger : le verdict est tombé : la parcelle de syrah des Abourens est prête ! toute la colle (= équipe de vendangeurs où chacun a un rôle précis) se met à l'oeuvre : là-aussi, savoir-faire familial et efficacité sont mis en oeuvre afin de proposer des vins abordables...
Une dizaine de jours plus tard, c'est le tour du Grenache du Mazet, qui entre pour la première fois dans l'élaboration de nos vins : un vrai test pour cette vigne robuste que nous avons acquise en 20004, dans un état d'abandon important : quelques années plus tard, après un important travail de débroussaillage et de taille : la voici enfin ! nous verrons le résultat en octobre....
Puis, en dernier, le Grenache de Bourles, plus lent aux tanins soyeux mais qui prennent leur temps...
Heureusement, la météorologie nous laisse en paix...toujours pas de pluie ; on aurait pourtant bien apprécié quelques gouttes fin août...

Conclusion générale :
les cagettes pleines sont peu nombreuses, très peu.......les rendements vont avoisiner les 20hL/ha ; la qualité des vins devrait atteindre un très bon niveau......une valorisation soignée s'impose donc...

Vendanges : récolte en cagettes de 15kg ; arrivée à la cave

FIN AOUT 2009 : début des vendanges extrêmement précoce !
Les vignes sont pressées cette année ! A peine avons-nous le temps de nettoyer nos quelque 200 cagettes multicolores que les vignes appellent à la vendange...Alors, sans perdre de temps, voici le grand nettoyage général de la cave, méticuleux, rigoureux ; il ne faut rien oublier...cuves, tuyaux divers et variés, pompes, érafloir, et les plus laborieux :  notre bon vieux pressoir et le sol bien entendu...des carrelages reluisants dignes d'un palace...
Fin août, donc, commence la récolte du cinsault de Bourles, des baies splendides, gouteuses, à ramasser vite avant que les sangliers nous devancent !
Vendanges en famille comme toujours ; participent cette année trois amis motivés et joyeux, Dédé, son compagnon et Florent...Merci à eux pour leur bonne humeur.

AOUT 2009 : préparatifs des vendanges et calme "sec" à la vigne...
Au mois d'août, il fait particulièrement chaud à Saint Jean de la Blaquière ; assez peu d'air car nous sommes dans un amphithéâtre naturel, recevant le soleil mais très peu de pluie...Cette année fut particulièrement avare en eau...conséquence : des vignes qui souffrent...seuls certains cépages le peuvent à ce niveau-là : notamment le grenache mais surtout le cinsault avec sa variante locale : l'oeillade.
Ce cépage permet la création de vins très fruités naturellement : un délice des papilles, un vin peu structuré mais qui peut le devenir lorsque les conditions de sécheresse le permettent...à voir donc cette année...Nous verrons donc après vinification !

JUILLET 2009 : un vin bien présenté, lors de marchés locaux
La cuvée Caminaïre est soigneusement capsulée (avec notre petite sertisseuse, très efficace), étiquetée à la main (avec la contre étiquette) et enfin rangée dans son carton.   La cuvée Caminaïre est soigneusement capsulée (avec notre petite sertisseuse, très efficace), étiquetée à la main (avec la contre étiquette) et enfin rangée dans son carton.   Première présentation de la cuvée Caminaïre lors des Estivales de Montpellier : le succès est assuré ; vin parfait pour l'été ; frais, très fruité avec ses arômes de petits fruits rouges, il est particulièrement bien apprécié. Les vignes de cinsault ont leur avenir d'assuré (et nous, rassurés....).

  JUIN 2009 : vigne toujours mais cave aussi...
Nous assurons toujours une vigilance très étroite quand au bon état sanitaire de nos vignes ; traitements de soufre et de cuivre sont soigneusement étudiés, vigne par vigne, cépage par cépage, terroir par terroir.   Parallèlement, à la cave, Estelle prépare les vins à la mise en bouteille ; analyses ultimes ; vérifications...enfin le vin est fin prêt pour la mise en bouteille.   Fin juin, c'est le grand jour ; nous inaugurons notre nouvelle petite unité de mise en bouteille ; chacun à sa place ; tireuse (remplit les bouteilles) ; boucheuse (place le bouchon) ; et enfin rangement dans les grandes caisses en acier ; nous obtenons ainsi environ 5000 bouteilles du millésime 2008 dont la nouvelle cuvée "Caminaïre". A suivre... 

MAI 2009 : toujours à la vigne...
Au mois de mai, le vigneron prête toute son attention à la vigne ; objet de tout ses soins ; afin de garantir une qualité optimale des raisins en vendange, et d'assurer ainsi des vins expressifs, révélant toute la beauté de notre terroir, nous sommes particulièrement vigilants à l'apparition éventuelle de maladies dues essentiellement à des champignons : le mildiou et l'oïdium.   Au mois de mai, le vigneron prête toute son attention à la vigne ; objet de tout ses soins ; afin de garantir une qualité optimale des raisins en vendange, et d'assurer ainsi des vins expressifs, révélant toute la beauté de notre terroir, nous sommes particulièrement vigilants à l'apparition éventuelle de maladies dues essentiellement à des champignons : le mildiou et l'oïdium.   Secteur très venté, notre terroir est rarement la proie du mildiou. Néanmoins, les nombreuses pluies nous ont incités à être vigilants cette année. Nous arpentons donc régulièrement les vignes pour traiter "juste ce qu'il faut". Nous avons la chance de compter parmi les vignerons utilisant le moins de pesticide du département grâce à notre climat...et notre vigilance !  

AVRIL 2009 : nouvelles du vignoble
Après de nombreuses pluies, revoici le printemps...
Les bourgeons ont commencé par pointer le bout de leur nez, mi avril. Les feuilles se développent petit à petit.
Et les rangées de vignes se dessinent ; moment particulièrement propice aux photographies ; le vert tendre des jeunes pousses se détache avec éclat du rouge-lie de vin de la terre, nos fameuses "ruffes" datant du Permien (Cf. géologie,en partie "nos vignes").
Le temps nous a pour l'instant épargnés mais rien n'est gagné : de forts orages ont touché le nord de l'Hérault : il y à peine une semaine, notre regard inquiet scrutait le ciel : des grêlons commençaient à s'attaquer à nos jeunes pousses. Plus de peur que de mal, mais la bougie, sur la table, est restée allumée de longues heures...intervention du "Trés Haut" ? On ne plaisante pas avec cela chez les vignerons...  

MARS 2009 : A la cave, dégustations décisives...
Mi mars, ont lieu chaque année les assemblages. L'assemblage est une opération particulièrement importante lors de la naissance d'un vin : de plusieurs cuves, plusieurs cépages, va découler la véritable naissance du vin : les parents sont la syrah et le grenache noir essentiellement en ce qui nous concerne.
Mais les proportions variant, le goût de chaque vin variera lui-aussi.
C'est ainsi que pour 2008 nous avons choisi de créer 4 cuvées de rouge, aux caractères bien différents, tels quatre enfant, avec chacun un style bien distinct.
4 vins pour des occasions de repas bien distinctes...
De nombreuses joies de découvertes d'accords mets et vin, en perspective ! 

DE JANVIER A FEVRIER 2009 : la taille 
 

NOVEMBRE 2008 : Récolte des Olives  
Progressivement, les olives noircissent. Certaines rajoutent une étape, passant au rouge-rosé. Chaque variété montre son aptitude à la résistance aux maladies (piqué ou non par la mouche de l'olive, conservation vis à vis du surplus d'eau...). Cette année est encore l'occasion d'affiner notre analyse de chaque variété. Bon point pour les clermontaises et les verdales...

La taille de la vigne est finie...c'est maintenant le tour des oliviers...Il s'agit d'un travail bien plus long que ce qu'on l'imagine...il faut bien 15 minutes par olivier pour nos oliviers les plus gros qui ont été plantés en 2004. Menudel, olivières notamment font beaucoup de bois donc sont les plus longs à tailler...
La production finale d'olives est directement liée à la quantité de bois de l'année précédente uniquement.
La production 2014 a été catastrophique pour tout le département...souhaitons qu'il n'en soit pas de même pour 2015 et que ces trois semaines de taille soient utiles...

Bonjour !
voici la prochaine rencontre programmée..
le salon Les héritières de Bacchus au nord de Montpellier,
le samedi 25 avril, à Claret
au plaisir de vous y rencontrer pour goûter des millésimes "à point" !...

Afficher la suite

Une nouvelle appellation, ca se fête aussi !
rendez vous demain à montpellier, lattes au mas de saporta pour une soiree spéciale terrasses du larzac...
ci-dessous l'invitation nécessaire...
ATTENTION S INSCRIRE AU SECRETARIAT 04 67 06 04 44...

  • Capitelle des Salles / Estelle et Frédéric Salles Merci pour cette précision de taille...une belle soirée en perspective mais...sur inscription comme indiqué en bas de l'invitation contacter aurélie Villar au 04 67 06 04 44 !! 
  • Bonjour !
    Nous sommes les heureux parents depuis le 27 février d'un petit Aymeric...dernière génération donc de la famille Salles, seul petit garçon...

  • Bonjour !
    Voici une belle banque d'informations autour du vin :
    initié par l'association cepdivin http://www.cepdivin.org/
    à voir pour les amoureux du vin...

    ... Afficher la suite
    images et représentations littéraires, artistiques et socioculturelles de la vigne et du vin
    scoop.it

    Et quelques nouvelles pour les internautes aimant commander en ligne...
    Grâce au syndicat des Vignerons indépendants, nous avons mis en ligne une boutique sur notre site pour acheter deux cuvées ; Caminaire et Hommage...Paiement en ligne et logistique est assurés par une entreprise mâconnaise...un test pour 2015 !

    http://capitelle-des-salles.plugwine.com/Vins

    Vente de vins en ligne
    capitelle-des-salles.plugwine.com

    Bonjour !
    Voici quelques nouvelles de nos futures tâches à la vigne...(en attendant un heureux évènement pour cette semaine...)

    La fin de l'hiver approche...la taille est finie !
    Nous allons maintenant apporter à nos vieilles souches un peu de nourriture...nous choisissons un engrais naturel d'origine animale (du guano) favorisant une végétation équilibrée et adaptée à nos conditions climatiques sèches en été...
    Viendront par la suite les labours afin d'incorporer cet engrais naturel au sol...Il ne sera efficace que quelques années plus tard;..un investissement à moyen terme mais nécessaire pour nos sols si pauvres...

  • LN Clary Le guano, je ne savais pas...Estelle, tu dois être impatiente maintenant...émoticône smile  Bises à toute la famille 

    Et pour finir avec Max Rouquette, et cette belle nouvelle du "Haubois des neiges" une référence à la vie des gens du plateau, pendant l'hiver...
    ..et à la place du vin dans leur vie lors de ses longues veillées...

    "Quand la neige recouvre champs et landes, enfermant les gens chez eux, vient l'époque des longues veillées, de la chaleur des corps au rythme de la bourrée et des branles, du vin qui réchauffe et grise et de l'amour qui se cache sous la danse..." ("Vert Paradis" Ma...

    Afficher la suite

    et mon passage préféré...

    "Misérables buis livrés à la glace du monde, vous ne connaissez que l'aventure du lièvre au poil chaud et celle de la perdrix perdue dans le soir, énormes rochers pensifs, aux épaules lourdes, aux têtes de lions ou de philosophes, votre échine s'est accoutumée au mauvais temps...
    - Combes, vous qui retenez la nuit dans votre ombre...
    Terre du vent, de la neige et du loup..."

    Ce week end, c'est lecture au chaud..
    Retour aux sources avec notre écrivain local occitan de référence : Max Rouquette, décédé en 2005 mais dont on vient de fêter le centenaire de sa naissance.
    Voici un extrait de son ouvrage "Vert Paradis" ; Nouvelle "Le Hautbois de neige" qui se passe sur le Larzac, en hiver...

    "Voici le Larzac, la terre abandonnée. Les aubes y sont sans espoir, le crépuscule désespéré. Sur la terre dénudée, plate, qui rejoint un ciel livide, ce n'est pas comme ailleurs, le jour seulement que l'on quitte, mais le ciel tout entier, semble-t-il, pour une nuit de froidure et de mort. L'herbe rase, couchée par l'âpreté du vent, lutte indéfiniment ; les bêtes sont parties, l'air est pur de toute voix, comme la mémoire de toute trace. "

    Et voici notre point culminant le Mont Baudille à 848 m...

    Présentation de wikipedia...

    Le mont Saint-Baudille se situe à l'extrémité sud-ouest du massif de la Séranne marquant le rebord méridional, notamment, du causse du Larzac. Culminant à 848 mètres d'altitude sur la commune de Montpeyroux, son sommet est couronné d'une importante antenne TDF. La vue s'étend sur toute la plaine viticole de l'Hérault jusqu'à la mer Méditerranée dans la portion comprise entre Sète, le mont Saint-Clair, Agde et l'ancien volcan du mont Saint-Loup.

    Plus tôt en 2015

    Sur le Larzac, les brebis restent au chaud...
    Les buis jaunissent à cause du froid...
    Et quelques rochers se dressent encore fièrement malgré la neige...

  • LN Clary Je partage...belles photos d'un paysage que je connais bien...
  • Le Col du Vent enneigé...Notre "brèche de Roland" languedocienne...!

    Quelques photos d'hiver...I
    l a neigé cette semaine sur le Larzac et ses contreforts...
    -> ici une vue depuis la route du Col du Vent, col à 700 m juste au dessus de St Jean de la Blaquière. Elle mène directement au plateau du Larzac. Une route magnifique qui serpente dans les forêts de chênes blancs, puis de chataigniers et enfin de pins...
    Le paradis des cyclistes et motards...

    Des nouvelles du projet participatif Fundovino...

    Nous remercions Monsieur Trotta de la cave Caravin à Varces en Isère pour son bel engagement...
    ainsi que Monsieur Thomas H !

    ... Afficher la suite
    Magasin d’alcool
    Photo de Cavavin Varces.
    Cavavin Varces
    309 J’aime
    60 personnes en parlent

    ...et voici le bulletin d'inscription pour participer à la soirée du jeudi 29 janvier à Montpellier Pierres Vives (détails ci dessous) - gratuit mais sur réservation ! Au plaisir de vous y retrouver ; sinon faites passer le message à vos amis qui pourraient être intéressés ! merci par avance !

    Notez aussi la présence des Vignerons de Montpeyroux, une coopérative active (un cru réputé depuis fort longtemps en Languedoc...), qui va présenter son ouvrage d'ethnologie..." Au coeur des vignes, les hommes se racontent...Mémoire sociale de la Cave coopérative de Montpeyroux" écrit par l'ethnologue Marie-Ange Lasmènes...

    Bonjour !
    Nouvelle programmation pour rencontrer les vignerons avant le mois de février où nous serons moins disponibles puisque nous attendons un heureux évènement...

    voici donc la rencontre du

    ... Afficher la suite

    Aventure Fundovino...suite...
    Merci à Michele D pour sa participation au projet !
    https://www.fundovino.com/…/96-une-nouvelle-cuve-pour-la-fu…

    Un terroir unique de schistes ocres ou rouges, des jeunes vignerons passionnés et compétents, des projets et des cuvées à soutenir
    fundovino.com

    Bona annada ! plan granada !
    pour la version occitane...
    et la version française : Bonne année ! Que tout pousse bien !

  • LN Clary Bono annado, bèn granado e bèn acoumpagnado ! Vous mande tóuti mi vot .
    Qu' aquesto annado coumplisse tóuti ti proujèt è pantai è vous adugue lou bonur è la santa.........Bises à toute la famille, Hélène
  • 2014

    https://www.fundovino.com/…/96-une-nouvelle-cuve-pour-la-fu…

    Projet Capitelle des Salles / Fundovino
    Merci à notre nouveau donateur Traduction Vins et Spiritueux pour sa participation !

    Un terroir unique de schistes ocres ou rouges, des jeunes vignerons passionnés et compétents, des projets et des cuvées à soutenir
    fundovino.com

    Encore du Cinsault et de l'Oeillade (son cousin) sur l'"étagère" du Serres de Bourles...

    Les "étagères" : ce sont les Restanques de Marseilles, les Faysses - prononcer faïsse- bref.... les terrasses...
    Un beau chêne blanc domine sur cette belle colline au sud du village...
    Le Larzac pointe son nez non loin...

    ... Afficher la suite

    Notre cinsault à Serres de Bourles...joli muret au soleil couchant....et chien de chasse se baladant...Derrière le Rocher des Vierges

    Premières températures négatives au pied du Larzac...
    Le vent souffle...à travers les grillages...par le poele à bois...Il fait bon se réfugier dans la maison auprès du feu après une journée de taille...Retour à la nature, avec ses forces à affronter durant ces longues heures de taille...
    Mais finies (?) ces températures trop hautes qui frisaient aux alentours des 17¨degrés mi décembre et qui ont conduit, par endroits, à la repousse de bourgeons...Nous pouvons donc reprendre ...

    Afficher la suite

    AVENTURE FUNDOVINO (suite) merci à Camille pour sa participation !!

    AVENTURE FUNDOVINO / CAPITELLE DES SALLES SUITE...
    Un grand merci à "Test" pour le premier soutien !